Le ministère de la mort

   

Numéro spécial - PDF

Le Ministère de la Mort

Adrian Ebens 

Table des matières

Le Ministère de la Mort

Le péché produit la mort

Le péché cache le visage du Père

Qu'a révélé la mort de Christ?

Christ perce l’obscurité

Christ nous libère de la peur de la Mort

La Croix explique tous les jugements de Dieu

Nous sommes jugés comme nous jugeons

Résumé préliminaire

L'idolâtrie du veau d'or et sa punition

Pour résumer quelques points clés

Comment lisez-vous?

Mesurer par la vie et la mort du Christ

Jésus manifeste le Nom/Caractère du Père

Jésus en tant que Juge

L’ordre donné à Abraham de tuer son fils

Punir le péché par le péché

Elie et l'utilisation de l'épée

La dureté de Moïse

Offert en rançon

Liste des abréviations

  

Le Ministère de la Mort

2 Corinthiens 3:7  Or si le ministère de la mort, gravé avec des lettres sur des pierres, s’est trouvé entouré de gloire, au point que les Israélites ne pouvaient pas fixer le visage de Moïse, à cause de la gloire, pourtant passagère, de son visage.

  Quel est ce ministère de la mort? Il nous est dit qu'il est écrit et gravé sur des pierres. Qu'est-ce qui a été écrit et gravé dans la pierre?

Exode 31:18  Lorsqu'il eut achevé de parler à Moïse, au mont Sinaï, il lui donna les deux tablettes du Témoignage, les tablettes de pierre écrites du doigt de Dieu.

  Ce sont les Dix Commandements. Ainsi, la Bible nous dit que les Dix Commandements sont un ministère de la mort. Comment alors comprenons-nous ces références à la Loi?

Psaumes 1:2-3  Mais qui trouve son plaisir dans la loi du SEIGNEUR, et qui redit sa loi jour et nuit !  (3)  Il est comme un arbre planté près des canaux d'irrigation, qui donne son fruit en son temps, et dont le feuillage ne se flétrit pas : tout ce qu'il fait lui réussit.

Psaumes 119:96-98  Je vois une fin à tout ce qui est parfait, mais ton commandement est très vaste.  (97)  Combien j'aime ta loi ! Je la médite sans cesse.  (98)  Ton commandement me rend plus sage que mes ennemis, car je l'ai toujours avec moi.

Proverbes 13:14  L'enseignement du sage est une source de vie pour s'écarter des pièges de la mort.

Jacques 2:12  Parlez et agissez comme des gens qui vont être jugés d'après une loi de liberté.

  Comment une loi qui administre la mort peut-elle être en même temps une source de vie et de liberté? Tout dépend de votre point de vue et des lunettes que vous portez lorsque vous regardez la Loi. Paul explique cela avec soin et en détail dans les versets suivants:

Romains 7:5-14  Car, lorsque nous étions sous l'empire de la chair, les passions des péchés, par la loi, étaient à l'œuvre dans notre corps tout entier et nous faisaient porter du fruit pour la mort.  (6)  Mais maintenant, nous sommes dégagés de la loi, car nous sommes morts à ce qui nous tenait captifs, de sorte que si nous sommes esclaves, ce n'est plus sous le régime ancien de la lettre, mais sous le régime nouveau de l'Esprit.  (7)  Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché? Jamais de la vie ! Mais je n'ai connu le péché que par la loi. Ainsi, je n'aurais pas su ce qu'était le désir si la loi n'avait pas dit : Tu ne désireras pas.  (8)  Alors le péché, profitant de l'occasion, a produit en moi, par le commandement, toutes sortes de désirs ; en effet, en dehors de la loi, le péché est mort.  (9)  Moi, autrefois, en dehors de la loi, je vivais ; mais quand le commandement est venu, le péché a pris vie,  (10)  et moi, je suis mort. Ainsi, le commandement qui mène à la vie s'est trouvé, pour moi, mener à la mort.  (11)  Car le péché, profitant de l'occasion, m'a trompé par le commandement et, par lui, il m'a tué.  (12)  Certes, donc, la loi est sainte ; le commandement est saint, juste et bon.  (13)  Est-ce donc le bien qui est devenu pour moi la mort ? Jamais de la vie ! C'est le péché qui, pour se manifester comme tel, a produit en moi la mort par le bien, afin que, par le commandement, le péché apparaisse dans toute sa puissance de péché.  (14)  Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle ; mais moi, je suis un être de chair, vendu au péché.

  Quand nous ne sommes pas conscients de la Loi, nous ne sommes pas conscients du péché ; la transgression n'apparaît pas.

Romains 4:15  En effet, la loi produit la colère ; et là où il n'y a pas de loi, il n'y a pas non plus de transgression.

  Quand la Loi entre, le péché prend vie et nous tombons sous la condamnation de la Loi.

Romains 5:20-21  Or la loi est intervenue pour que la faute foisonne ; mais là où le péché a foisonné, la grâce a surabondé.  (21)  Afin que, tout comme le péché a régné dans la mort, de même la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle, par Jésus-Christ, notre Seigneur

  Dans Romains 7: 9, Paul dit que quand le commandement est venu, le péché a pris vie et que lui mourut. Comment Paul a-t-il pu mourir tout en restant en vie?

Romains 6:3-4  Ignorez-vous que nous tous qui avons reçu le baptême de Jésus-Christ, c'est le baptême de sa mort que nous avons reçu ?  (4)  Par ce baptême de la mort, nous avons donc été ensevelis avec lui afin que, tout comme le Christ s'est réveillé d'entre les morts, par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions sous le régime nouveau de la vie.

 

Le péché produit la mort

  Paul est mort en Christ et a ensuite été ressuscité en Christ. Pour ceux qui croient, ils sont déjà passés de la mort à la vie. Nous continuons avec ce processus de mort:

Romains 7:11 Car le péché, profitant de l'occasion, m'a trompé par le commandement et, par lui, il m'a tué.

Romains 7:13 Est-ce donc le bien qui est devenu pour moi la  mort ? Jamais de la vie ! C'est le péché qui, pour se manifester comme tel, a produit en moi la mort par le bien, afin que, par le commandement, le péché apparaisse dans toute sa puissance de péché.

  Comment le péché a-t-il opéré la mort en Paul? La loi a fait paraître le péché extrêmement coupable. Et qu'est-ce que cela produit?

Romains 3:19  Or nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée et que le monde entier soit coupable devant Dieu.

  Paul a été profondément convaincu de son péché. Il s'est senti coupable. Il a vu qu'il méritait de mourir. Qu'est-ce qui lui a fait voir qu'il méritait de mourir?

Romains 7:13 … C'est le péché qui, pour se manifester comme tel, a produit en moi la mort par le bien, afin que, par le commandement, le péché apparaisse dans toute sa puissance de péché.

  C'est le péché qui a opéré la mort en lui par le commandement. Qu'est-ce que ça veut dire? Tous les mystères du plan du salut se comprennent à la lumière de la croix du Christ. Qu'est-ce qui a produit la mort du Christ?

2 Corinthiens 5:21  Celui qui n'a pas connu le péché, il l'a fait pour nous péché, afin qu'en lui nous devenions justice de Dieu.

Alors que le Fils de Dieu se prosternait dans le jardin de Gethsémané, son angoisse spirituelle était si grande que de grosses gouttes de sang coulaient de ses pores. Il connut là l’horreur de la grande nuit qui l’entourait alors, car les péchés du monde reposaient sur lui. Il souffrait à la place de l’homme comme transgresseur de la loi divine. {TE1 251.3}

  Le péché produisait la mort en Christ par le commandement du Père. L'horreur qui s'est abattue sur Christ a été la prise de conscience de l’horreur et la destruction du péché. Comment cette horreur a-t-elle a été mise en lumière? Par la loi. Est-ce que cela fait de la Loi l'agent actif de la mort?

Romains 7:11,12 Car le péché, profitant de l'occasion, m'a trompé par le commandement et, par lui, il m'a tué.  (12)  Certes, donc, la loi est sainte ; le commandement est saint, juste et bon.

  Le péché est en train de tuer l'âme, mais il le fait en trompant l'âme par le commandement. Dans le cas de Paul, sa foi en Christ lui a permis d'éviter la mort physique à ce moment-là mais dans le cas de Christ, la mort physique n'a pas été évitée. Pourquoi? Simplement parce qu'Il est mort comme quelqu'un qui ne pouvait pas voir le visage de Son Père.

Mais le Christ ne céda pas un instant à l’ennemi qui le torturait, même au plus fort de son agonie. Des légions de démons entouraient le Fils de Dieu, alors que les saints anges n’étaient pas autorisés à engager la bataille avec ses vils ennemis. Il ne leur était pas permis de secourir le Sauveur dans l’agonie de son âme. Ce fut à cette heure terrible et sombre où son Père lui voilait sa face, que les légions sataniques l’entouraient et que les péchés du monde reposaient sur lui, que ces paroles jaillirent de ses lèvres: “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?” {TE1 264.1}

 

Le péché cache le visage du Père

  Qu'est-ce qui a caché le visage du Père? Le Péché. Comment le péché cache-t-il le visage du Père? Il le représente comme quelqu'un qui ne veut pas pardonner. Il le représente comme exigeant la mort de chaque transgresseur. D'où vient cette idée?

Lorsque le grand conflit éclata, Satan avait déclaré que la loi de Dieu ne peut être observée, que la justice est incompatible avec la miséricorde, et, qu’au cas où la loi serait transgressée, il n’y aurait pas de pardon pour le pécheur. Chaque péché doit recevoir son châtiment, affirmait Satan; un Dieu qui ferait grâce au pécheur ne serait pas un Dieu de vérité et de justice. {JC 766.1}

Le pouvoir de condamnation de Satan l'amènerait à instituer une théorie de la justice incompatible avec la miséricorde. Il prétend officier comme la voix et la puissance de Dieu, affirme que ses décisions sont justice, pures et sans faute. Ainsi, il se place sur le siège du jugement et déclare que ses conseils sont infaillibles. Ici intervient sa justice impitoyable, une contrefaçon de la justice, odieuse à Dieu. {Christ Triumphant 11.4}

  Satan s'est assis sur le siège du jugement et a institué une théorie de la justice qui signifiait que tout péché devait être puni sans pitié.

Beaucoup de dissidents furent disposés à renoncer à leur défection et à recouvrer la faveur de Dieu et de son Fils. Mais Satan avait une autre ruse en réserve. Il déclara que ceux qui s’étaient joints à lui étaient allés trop loin. Connaissant la loi divine, il savait qu’il n’y avait plus de pardon pour eux. {PP 17.1}

  Cette suggestion signifiait que lorsque la justice est exécutée, la miséricorde disparaît. En fait, cette vision de la justice signifie que la miséricorde ne peut pas exister du tout parce que tout péché doit être puni. Il n'y a pas de pitié. Chaque fois que la justice est appliquée sans compassion, c'est une expression du système de justice impitoyable de Satan qu'il a inventé pour entacher le caractère de Dieu et empêcher les anges de retourner à Lui. Ce faux système était odieux à Dieu.

 

Qu'a révélé la mort de Christ?

L’amour de Dieu se traduit par sa justice aussi bien que par sa miséricorde. La justice est la base de son trône et le fruit de son amour. Satan s’était proposé de consommer le divorce entre la miséricorde d’un côté, la vérité et la justice de l’autre. Il s’efforçait de montrer que la justice de la loi divine est l’ennemie de la paix. Le Christ montre que ces choses sont indissolublement unies dans le plan de Dieu, et que l’une ne peut exister sans l’autre. “La bonté et la vérité se sont rencontrées; la justice et la paix se sont embrassées.” Psaumes 85:10  Le Christ a prouvé, par sa vie et par sa mort, que la justice de Dieu n’exclut pas sa miséricorde, mais que le péché peut être pardonné et que la loi parfaite peut être observée parfaitement. Ainsi les accusations de Satan sont réfutées. Dieu a donné à l’homme des preuves non équivoques de son amour. {JC 767.2,3}

  Comment le Christ a-t-il révélé l'amour de Dieu et la haine de Satan en même temps? Comment la croix est-elle une révélation de l'amour infini tout en révélant le serpent sur le poteau?

L’impression d’être privé de l’amour de son Père torturait son âme à tel point qu’il prononça ces paroles: “Mon âme est triste jusqu’à la mort. » {TE1 255.2}

Les péchés du monde étaient sur lui et l’écrasaient. Le sentiment de la colère de son Père, provoquée par le péché, brisa son cœur angoissé et fit couler de son front des grumeaux de sang qui roulèrent sur ses joues pâles puis tombèrent sur le sol. {TE1 252.2}

Le Christ éprouva les sentiments qui seront ceux des pécheurs lorsque surviendront les dernières plaies. Le désespoir le plus cuisant accablera leurs âmes coupables et ils comprendront alors à quel point le péché est condamnable. {TE1 259.1}

Le Christ ressentit l’angoisse que tout pécheur devra éprouver quand la grâce cessera d’intercéder en faveur d’une race coupable. {JC 757.2}

  Pourquoi Christ est-il mort sur la croix? Il est mort comme le pécheur mourra. Pourquoi le pécheur meurt-il? Quand la Loi le convainc de péché, il refuse de croire que Dieu lui pardonnera et par conséquent meurt. Jésus et le Père ont démontré le système de justice de Satan à l'Univers. Christ a pris notre péché sur Lui ; Il a ressenti la terrible condamnation du péché que le Père a toujours l'intention de pardonner dans sa miséricorde. Mais le Christ n'a pas pu tendre la main et prendre la main aimante de son Père parce que le pécheur ne le fera pas ; il devait mourir comme les pécheurs mourront - ne croyant pas que Dieu peut leur pardonner.

Genèse 4:13 Ma faute est trop grande pour être pardonnée. Lecture marginale

  Quand le Christ a pris sur lui notre péché, le visage du Père lui fut caché - le péché a caché le visage du Père, ce n’est pas le Père qui a caché son visage. La différence est cruciale. Il était désireux de montrer sa clémence, mais le péché couvrait Son visage, de sorte que Christ cria:

Matthieu 27:46  Et vers la neuvième heure, Jésus cria : Eli, Eli, lema sabachthani ? c'est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?

  C'est le cri de l'homme portant tous nos péchés. Pourquoi at-il prononcé ces mots? Il a prononcé ces paroles parce qu'il a été fait péché pour nous. Le péché a saisi l'occasion par le commandement et a tué le Christ.

 

Christ perce l’obscurité

  Alors que le Christ était sur le point d'expirer, en un instant, tout ce que le Christ connaissait du Père a percé les ténèbres et Il a dit:

Luc 23:46  Jésus cria : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Après avoir dit cela, il expira.

  Il se sentait totalement condamné et accablé, et alors que c’était son dernier instant de vie, il a décidé de croire que le Père le recevrait même si cela lui semblait impossible.

Satan assiégeait Jésus de ses tentations redoutables. Le Sauveur ne voyait pas au-delà de la tombe. L’espérance ne lui montrait plus la victoire sur le sépulcre; il ne possédait plus l’assurance que son sacrifice était agréé de son Père. Sachant que le péché est odieux à la divinité, il redoutait que la séparation ne fût éternelle. Le Christ ressentit l’angoisse que tout pécheur devra éprouver quand la grâce cessera d’intercéder en faveur d’une race coupable. Le sentiment du péché, qui faisait reposer la colère du Père sur lui en tant que substitut de l’homme, voilà ce qui rendit sa coupe si amère, ce qui brisa le cœur du Fils de Dieu. {JC 757.2}

Aucun œil ne pouvait percer l’obscurité qui enveloppait la croix, et moins encore celle qui entourait l’âme souffrante du Christ. De furieux éclairs flambaient autour de lui. Alors “Jésus cria d’une voix forte: Eli, Eli, lama sabachthani?... Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?” Voyant la fureur des éléments déchaînés contre le Sauveur, quelques voix s’écrièrent: La vengeance du ciel l’atteint. La foudre de la colère divine est lancée contre lui parce qu’il a prétendu être le Fils de Dieu. Plusieurs de ceux qui avaient cru en lui perdirent tout espoir en entendant son cri désespéré. Si Dieu avait abandonné Jésus, en qui ses disciples pouvaient-ils se confier?
{JC 758.4}

Tout à coup l’obscurité qui enveloppait la croix se dissipa, et Jésus s’écria, d’une voix claire et retentissante: “Tout est accompli.” “Père, je remets mon esprit entre tes mains.” Une lumière enveloppa la croix, et le visage du Sauveur resplendit comme le soleil. Sa tête retomba sur sa poitrine, et il expira. {JC 760.2}

  Ce cri qui a percé les ténèbres et s'est saisi du Père est notre salut. La lumière qui entourait la croix est la preuve de notre acceptation par Dieu. Sa mort a révélé le système de justice de Satan et sa foi qui a percé le nuage de notre péché a accompli notre salut. Comment ceci a-t-il été accompli? Il a cru que le Père le recevrait encore, même si chaque cellule de Son être disait que c'était impossible.

  C'est la même foi qu’a manifesté Abraham quand il s'est effondré, par cette terrible souffrance, à la pensée de prendre la vie de son fils. Comme il rentrait dans les ténèbres, il a décidé de croire que Dieu agirait pour le bien et garderait ses promesses.

  De même, la femme cananéenne qui était confrontée au silence de Jésus et à ce qui semblait être une déclaration qu'elle était un chien manifesta cette foi. Le péché lui a caché son visage. Quel péché? La haine raciale des Juifs et des Cananéens qu’ils avaient les uns pour les autres. Ce péché a
caché le visage de Jésus à la femme, mais l'Esprit de Jésus en elle, a percé le voile sur son visage, et elle a prononcé ces paroles glorieuses:

Matthieu 15:26-27  Il répondit : Ce n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux chiens.  (27)  — C'est vrai, Seigneur, dit-elle ; d'ailleurs les chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres...

 

Christ nous libère de la peur de la Mort

  Quand Adam a péché, il s’est imprégné du système judiciaire impitoyable de Satan où chaque faute doit être sanctionnée ; et comme Dieu avait dit que manger de l'arbre signifiait la mort, Adam pensa que Dieu le mettrait à mort. Cela a asservi Adam dans un système de fausse croyance.

Hébreux 2:15  et de délivrer ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.

  Le Fils de Dieu est venu briser le pouvoir de la mort en perçant l’obscurité faite par la justice impitoyable de Satan. Sur la croix, Il est descendu là où se trouvait l'homme. L'homme se trouvait dans une croyance où sa faute était plus grande que ce qui peut être pardonné. En ce lieu même, le Fils de Dieu remis son Esprit entre les mains du Père, et par là même a brisé le royaume de Satan. Jésus notre Sauveur a fait éclater en mille morceaux le mensonge disant que le Père ne nous recevrait pas. Ainsi nous lisons:

Hébreux 2:14  Ainsi donc, puisque les enfants ont en commun le sang et la chair, lui aussi, pareillement, partagea la même condition, afin de réduire à l’impuissance, par sa mort, celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable,

Le Fils immaculé de Dieu était là, suspendu à la croix, les chairs lacérées de coups; ses mains qui s’étaient si souvent étendues pour bénir étaient clouées au bois; ses pieds, toujours infatigables au service de l’amour, étaient cloués, eux aussi; sa tête royale était meurtrie par une couronne d’épines; ses lèvres tremblantes laissaient échapper un cri de douleur. Tout ce qu’il a souffert, — les gouttes de sang qui ont coulé de sa tête, de ses mains, de ses pieds, l’agonie qui a secoué son corps, l’angoisse inexprimable qui a rempli son âme quand le Père lui a dérobé son visage, — tout parle à chaque enfant de l’humanité: C’est pour toi que le Fils de Dieu consent à porter ce fardeau de culpabilité; pour toi il a dépouillé la mort et ouvert les portes du paradis. {JC 759.1}

  En prenant notre nature, Christ s'est placé là où l'homme se trouve en croyant que Dieu a une justice impitoyable et de là, il s'en est remis à son Père croyant qu'il serait accepté malgré tous ses sentiments.

  Oh Seigneur Jésus, que tu es merveilleux ! Tu es le chemin, la vérité et la vie. Sur la croix, tu as exposé le serpent, révélé son système judiciaire impitoyable et montré que le Père est disposé à nous accepter.

 

La Croix explique tous les jugements de Dieu

  Lorsque nous comprenons la croix, nous pouvons alors comprendre beaucoup d'autres histoires qui paraissent sévères et effrayantes.

Le mystère de la croix explique tous les autres. A la lumière du Calvaire, les attributs de Dieu qui nous avaient remplis de crainte nous apparaîtront dans leur beauté. En Dieu, la miséricorde, la tendresse et l’amour paternel s’unissent à la sainteté, à la justice et à la puissance. Tout en contemplant la majesté de son trône, on voit mieux que jamais l’amour qui constitue son caractère, et l’on comprend la valeur de ce titre affectueux: “Notre Père.” {TS 707.1}

  L'histoire de la croix nous enseigne que c'est le péché qui opère la mort par la Loi. Nous entendons par là que le pécheur ne croit pas que Dieu pardonne le péché. Jésus a brisé la domination de la mort en se tenant là où se trouve le pécheur tout en choisissant de croire que le Père l'acceptait. Cela a totalement brisé le mensonge sur le caractère de Dieu en tant que juge impitoyable. Il a révélé que le péché était le destructeur; le péché a caché le visage du Père; le péché a empêché l’homme de tendre la main et de croire au pardon. C'est le péché qui a poussé les pharisiens à condamner Jésus; c'est le péché qui a amené Pilate à faire des compromis avec les dirigeants juifs; c'est le péché qui a amené Judas à le trahir; c’est le péché qui a pendu Jésus sur la croix.

  Pourquoi donc ce mensonge représentant notre Père comme un juge impitoyable, perdure-t-il? C'est parce que Satan détourne la croix comme étant l'action de Dieu.

Esaïe 53:3-4  Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui de qui on se détourne, il était méprisé, nous ne l'avons pas estimé.  (4)  En fait, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'était chargé ; et nous, nous le pensions atteint d'un fléau, frappé par Dieu et affligé.

  La croix nous révèle l’extraordinaire amour du Père, mais le péché par la Loi nous trompe et nous fait croire que Dieu a exigé la mort pour satisfaire Sa colère contre le péché. Non seulement qu'Il l'a exigée, mais que Dieu Lui-même a tué Son Fils. Esaïe 53 nous dit que nous regardons la croix de cette manière. Quand nous lisons les jugements de Dieu dans l'Ancien Testament comme étant des pécheurs frappés par Dieu Lui-même, nous révélons notre compréhension de la croix. Quand nous estimons ceux qui sont morts comme frappés de Dieu et affligés alors nous sommes en accord avec Satan : Dieu fait preuve d’un jugement impitoyable en utilisant la force meurtrière sur ceux qui transgressent ses voies. Pour chaque événement dans la Bible où les gens meurent par le jugement, nous sommes appelés à regarder à la croix. Pourquoi donc?

Il en est peu qui réfléchissent aux souffrances que cause le péché à notre Créateur. Le ciel entier souffrit pendant l’agonie du Christ; mais cette douleur ne commença pas lorsque le Christ, fait homme, vint sur la terre, pour finir lorsqu’il remonta aux cieux. La croix révèle à nos sens émoussés la blessure faite à Dieu par le péché dès le début. Chaque manquement au bien, chaque acte cruel, chaque échec de l’humanité à atteindre l’idéal qu’il lui a fixé afflige le Seigneur. Lorsque s’abattirent sur Israël ces désastres qui étaient la conséquence inéluctable de la séparation d’avec Dieu — le joug ennemi, la cruauté, la mort — il est dit que “l’Eternel [...] fut touché des maux d’Israël”. Juges 10:16. “Toutes leurs détresses [...] étaient pour lui (aussi) une détresse — [...] il les a soutenus et portés tous les jours d’autrefois.” Ésaïe 63:9. {Éd 296.1}

  Notre Père et notre Seigneur Jésus ne veulent pas qu’un seul homme meure. Cela leur cause une immense douleur de voir les pécheurs perdus.

2 Pierre 3:9  Le Seigneur ne retarde pas l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le pensent. Il est patient envers vous : il ne souhaite pas que quelqu'un se perde, mais que tous accèdent à un changement radical.

 

Nous sommes jugés comme nous jugeons

  Pourquoi certains ne viennent-ils pas à la repentance? C'est parce qu'ils ne croient pas que Dieu peut leur pardonner. Notez bien que notre jugement sur ceux qui sont punis dans l'Ancien Testament et la mort finale des méchants sera le système de jugement qui sera utilisé sur nous-mêmes.

Matthieu 7:2  Car c'est avec le jugement par lequel vous jugez qu'on vous jugera, et c'est avec la mesure à laquelle vous mesurez qu'on mesurera pour vous.

  Pour toutes les histoires dans la Bible où les jugements tombent sur les hommes, si nous lisons ces histoires comme si Dieu ne leur offrait plus le pardon mais retirait sa main miséricordieuse pour les détruire, alors c’est ainsi que nous nous jugerons nous-même lorsque nous serons convaincus de péché par la Loi.

  Comprenez bien ce que nous disons. Dieu nous convainc de notre péché pour nous sauver. Si nous croyons que Dieu atteint un point où il retire cette offre, alors nous ne serons pas en mesure de supporter le temps de trouble de Jacob. Nos péchés nous écraseront à mesure qu'ils nous seront révélés. Nous serons torturés par nos vies pécheresses face à la Loi, mais pour ceux qui ont choisi de croire que la main de la miséricorde est toujours étendue, il ne sera jamais trop tard pour percer les ténèbres de notre condamnation et être sauvés. Oh comme je prie, pour que vous compreniez la signification et la portée de ces mots.

La Bible nous dit:

Psaumes 86:5  car toi, Seigneur, tu es bon, tu pardonnes ; tu es grand par ta fidélité envers tous ceux qui t'invoquent.

Psaumes 100:5  Car le SEIGNEUR est bon : sa fidélité est pour toujours, sa constance de génération en génération.

La grâce de Dieu est éternelle. Elle n’a pas de fin. Elle ne se termine que pour ceux qui n'y croient pas.

Psaumes 86:13  Car ta fidélité est grande envers moi, et tu me délivres des profondeurs du séjour des morts.

  Qu’est-ce que le séjour des morts? C'est l'endroit où vous avez la certitude que vous ne pouvez pas être pardonné. Dieu peut vous en délivrer si vous le croyez.

 

Résumé préliminaire

Résumons ce que nous avons considéré jusqu'ici:

  1. La Loi fait mourir l'homme dans le péché et fait vivre l'homme dans la justice. Romains 7:5-13
  2. L'homme charnel accepte le mensonge de Satan selon lequel la transgression doit être punie par la mort et qu'il est inutile de demander pardon. Galates 3:10
  3. La Loi condamne le péché pour offrir la grâce, mais l'homme charnel comprend la condamnation comme prélude à une mort certaine. Jean 16:8; Genèse 4:13 (lecture marginale)
  4. La grâce de Dieu est éternelle.  Psaumes 100:5. Le pécheur se condamne lui-même à la mort et à la destruction. Romains 1:32; Genèse 4:13 (lecture marginale); Nombres 14:28
  5. Christ expose le mensonge de Satan à travers Sa mort sur la Croix. Par la mort, il a détruit celui qui avait le pouvoir de la mort.
    Hébreux 2:14
  6. Christ a pris nos péchés sur lui et est mort de la même manière que le pécheur meurt pour révéler que le péché produit la mort.
    2 Corinthiens 5:21
  7. Dans la plus terrible des tortures, le Christ s'est confié dans les bras du Père, brisant ainsi la domination de la mort. Matthieu 27:46; Luc 23:46
  8. L'humanité considère naturellement la croix comme un jugement   venant directement de Dieu et continue de croire au mensonge de la justice impitoyable de Satan. Esaïe 53:3,4
  9. Toutes les histoires de jugement dans la Bible sont des révélations de la croix car Christ a été affligé dans toute l'affliction de l'humanité. Esaïe 63:9. Comme nous jugeons ces histoires, c’est ainsi que nous serons jugés. Matthieu 7:2
 

L'idolâtrie du veau d'or et sa punition

Appliquons maintenant ces principes à l'une des histoires de l'Ancien Testament.

Exode 32:26-28  Moïse se tint debout à la porte du camp et dit : Ceux qui sont pour le SEIGNEUR, à moi ! Tous les fils de Lévi se rassemblèrent autour de lui.  (27)  Il leur dit : Ainsi parle le SEIGNEUR, le Dieu d'Israël : Que chacun de vous mette son épée au côté ; passez et repassez dans le camp, d'une porte à l'autre, et tuez, qui son frère, qui son ami, qui son parent !  (28)  Les fils de Lévi firent ce que Moïse avait dit : ce jour-là, il tomba environ trois mille hommes parmi le peuple.

Maintenant, remarquez le commentaire de l'Esprit de Prophétie.

Moïse a demandé à tous ceux qui n’avaient pas pris part à ce grand péché d'idolâtrie, de venir et de rester près de lui à sa droite ; aussi, ceux qui avaient rejoint les rebelles en adorant cette idole, mais qui s'étaient repentis de leur péché, en s'éloignant si vite de Dieu, se tenaient à sa gauche. Il y avait une assez grande foule, la plupart de la multitude métissée [Hébreux-Egyptiens], qui a incité la fabrication du veau, qui était têtue dans sa rébellion, et ne voulait pas se tenir avec Moïse, à sa droite ou à sa gauche. Moïse ordonna alors à ceux qui étaient à sa droite de prendre leurs épées, de sortir et de tuer les rebelles qui voulaient retourner en Égypte. Personne ne devait exécuter le jugement de Dieu sur les transgresseurs excepté ceux qui n'avaient pris aucune part à l'idolâtrie. Il leur a commandé de n’épargner ni frère, ni compagnon, ni voisin. Ceux qui s'engageaient dans ce travail de massacre, si douloureux soit-il, devaient maintenant réaliser qu'ils exécutaient sur leurs frères une punition solennelle de la part de Dieu; et pour exécuter ce travail douloureux, contraire à leurs propres sentiments, Dieu leur donnerait sa bénédiction. En accomplissant cet acte, ils montraient leurs vrais sentiments relatifs au crime élevé de l'idolâtrie, et se consacraient plus pleinement au culte sacré du seul vrai Dieu. {Spirit of Prophecy Vol 1 251,252}

  Le vrai général [Moïse] prend alors position pour Dieu. Il est venu directement de la présence du Seigneur, où il a plaidé avec lui pour détourner sa colère de son peuple égaré. Maintenant, il a un autre travail à faire, en tant que ministre de Dieu, pour justifier son honneur devant le peuple, et lui faire voir que le péché est le péché, et que la justice est la justice. Il doit travailler pour contrecarrer la terrible influence d'Aaron. " Moïse se tint debout à la porte du camp et dit : Ceux qui sont pour le SEIGNEUR, à moi ! Tous les fils de Lévi se rassemblèrent autour de lui. Il leur dit : Ainsi parle le SEIGNEUR, le Dieu d'Israël : Que chacun de vous mette son épée au côté ; passez et repassez dans le camp, d'une porte à l'autre, et tuez, qui son frère, qui son ami, qui son parent ! Les fils de Lévi firent ce que Moïse avait dit : ce jour-là, il tomba environ trois mille hommes parmi le peuple. Moïse dit : Soyez investis aujourd'hui pour le SEIGNEUR, chacun même au prix de son fils ou de son frère, afin qu'il vous accorde aujourd'hui une bénédiction.

Ici, Moïse définit la véritable consécration comme l'obéissance à Dieu, la défense du juste et la manifestation d’une volonté de réaliser le dessein de Dieu dans les devoirs les plus désagréables, en montrant que les requêtes de Dieu sont plus élevées que celles des amis ou de la vie même des parents les plus proches. Les fils de Lévi se sont consacrés à Dieu pour exécuter sa justice contre le crime et le péché. {Testimonies for the church Vol 3 300,301}

 

Pour résumer quelques points clés

  1. La repentance était offerte au peuple pour son péché.
  2. Une grande foule a refusé de se tenir du côté de Moïse. Ils ne se sont pas repentis et n'ont pas accepté le pardon.
  3. Moïse a ordonné à ceux qui n'avaient pas pris part à l'idolâtrie de prendre leurs épées et de tuer les rebelles sans égard aux sentiments.
  4. C'était une punition solennelle de Dieu.
  5. Ce fut un travail pénible qui, s'il était accompli, leur apporterait une bénédiction.
  6. Cela définissait la véritable consécration et l'obéissance à Dieu.

  La réponse naturelle à cette histoire est de conclure que ces personnes ont été frappées de Dieu et affligées. Il est également naturel de conclure que ces gens méritaient de mourir parce que non seulement ils adoraient un faux dieu mais aussi qu'ils refusaient obstinément de se repentir. La justice naturelle nous dit que Dieu a dû les tuer pour préserver la nation parce qu'ils ne se soumettraient en aucune circonstance.

  Il semblerait que l’affaire est close. Il serait naturel de tirer la conclusion que Dieu se tenait comme un bourreau envers ces pécheurs de haut rang et même si ce n'était pas agréable, il fallait le faire. Il valait mieux que ces 3000 meurent plutôt que la nation entière ne périsse. Jean 11:50.

 

Comment lisez-vous?

  Pour ceux qui prêchent le message du Troisième Ange, il nous est enseigné de suivre les règles de Miller pour interpréter la Bible.

  Ceux qui sont engagés dans la proclamation du message du troisième ange étudient les Écritures suivant la même méthode que le pionnier Miller a adoptée. Dans le petit livre intitulé «Vues des prophéties et chronologie prophétique», le Frère Miller donne les règles simples mais intelligentes et importantes suivantes pour l'étude et l'interprétation de la Bible:

"1. Chaque mot doit avoir sa propre portée sur le sujet présenté dans la Bible ; 2. Toute l’Écriture est nécessaire et peut être comprise en s’appliquant à une étude diligente ; 3. Rien de ce qui est révélé dans l'Écriture ne peut être ou ne sera caché à ceux qui le demandent avec foi, sans hésiter ; 4. Pour comprendre une doctrine, rassemblez toutes les Écritures sur le sujet que vous voulez connaître, puis laissez chaque mot avoir sa propre influence ; et si vous pouvez former votre théorie sans contradiction, vous ne pouvez pas être dans l'erreur; 5. L'Écriture doit être son propre interprète, puisque elle est elle-même la règle d’interprétation. Si je dépends d'un enseignant pour interpréter l’Ecriture, il devra en deviner le sens, ou désirera l’accorder harmonieusement avec son credo sectaire, ou à de sages pensées, alors son interprétation devinée, son désir, sa croyance ou sa sagesse devient ma règle d’interprétation, et non pas la Bible."

Ce qui précède est une partie de ces règles; et dans notre étude de la Bible, nous ferons bien de tenir compte de ces principes énoncés.  {RH, Nov. 25, 1884}

 

Mesurer par la vie et la mort du Christ

  Nous ne suivons pas les règles d'interprétation de Miller si nous bâtissons notre conclusion avant d'avoir réuni toutes les pièces. Deux très grandes pièces du puzzle qui doivent être incluses sont la vie et la mort de Jésus. Que nous dit la vie de Jésus à propos des jugements de Dieu?

Hébreux 7:26  Pour nous, c'est bien un tel grand prêtre qui convenait: saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé plus haut que les cieux ;

Esaïe 53:9  On a mis sa tombe parmi celles des méchants, son sépulcre avec celui du riche, bien qu'il n'ait pas commis de violence et qu'il n'y ait pas eu de tromperie dans sa bouche.

"Hérode et les autorités malfaisantes ont tué le Juste, mais Christ n'a jamais tué personne, et nous pouvons attribuer l'esprit de persécution - parce que les hommes veulent la liberté de conscience - à son auteur, Satan." {Manuscript 62-1886.64}

Hébreux 13:8  Jésus Christ est le même, hier, aujourd’hui et pour l’éternité.

  Jésus n'a jamais fait de mal à personne, Il n'a jamais été violent envers qui que ce soit et n'a jamais tué personne. Nous pouvons également être certains que Christ est le même dans toute l'Écriture. Quelle était la mission du Christ en venant dans ce monde ?

L’ennemi du bien a aveuglé l’esprit des hommes à tel point qu’ils s’approchent de Dieu avec crainte et le considèrent comme un être sévère et implacable. Satan fait passer notre Père céleste pour un être d’une justice inflexible, un juge sévère, un créancier dur et inexorable. Il dépeint le Créateur comme observant les hommes d’un œil scrutateur en vue de découvrir leurs erreurs et leurs fautes, et afin de les frapper de ses jugements. C’est pour dissiper ce voile de ténèbres par la révélation de l’amour infini de Dieu que Jésus-Christ est venu vivre parmi les hommes. Le Fils de Dieu est venu du ciel pour manifester le Père. “Personne n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître.” Jean 1:18. {LMC 8.3}

  La mission terrestre du Christ était de révéler le Père et d'éliminer ce mensonge disant que Dieu est un juge sévère et impitoyable. Dans la plus belle prière de Jésus, nous l'entendons dire:

Jean 17:6  J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m'as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés ; et ils ont gardé ta parole.

 

Jésus manifeste le Nom/Caractère du Père

Le nom de Dieu est sa gloire et sa gloire est son caractère.

Esaïe 42:8  Je suis le SEIGNEUR (YHWH), c'est là mon nom ; et je ne donnerai pas ma gloire à un autre ni mon honneur aux statues.

Hébreux 1:3  Ce Fils, qui est le rayonnement de sa gloire et l'expression de sa réalité [caractère] même, soutient tout par sa parole puissante ; après avoir fait la purification des péchés, il s'est assis à la droite de la majesté dans les hauteurs,

  Comme il est écrit dans Le Meilleur Chemin, Jésus est venu sur cette terre pour révéler tout le caractère du Père. Comme Jésus l’a dit à Philippe:

Jean 14:9  Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous et tu ne me connais pas, Philippe ? Celui qui m'a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire, toi : « Montre-nous le Père ! »

  Jésus a dit à Philippe que c’est en observant le ministère du Christ qu’il deviendrait apte à connaître exactement le caractère du Père.

Dieu n'a pas négligé une seule chose de ce qu'il pouvait faire pour nous. Il a donné un exemple parfait de Son caractère dans le caractère de Son Fils; et c'est l'œuvre des disciples du Christ, comme ils voient l'excellence incomparable de Sa vie et de Son caractère, de croître à sa ressemblance. En regardant Jésus et en répondant à son amour, ils refléteront l'image du Christ. {Review & Herald, 15 Fév., 1898}

Tout le caractère de Dieu a été révélé dans son Fils. {Signs of the Times 30 Déc., 1889}

  Jésus a complètement manifesté le nom ou le caractère de son Père. Par conséquent, toutes les histoires de la Bible doivent inclure une compréhension de la vie de Jésus sur terre. Il était inoffensif, non-violent et n'a jamais tué personne. C'est la révélation du Père qui nous a été donnée à travers Christ.

Qu'a dit Jésus au sujet de l'utilisation de l'épée comme moyen de protection?

Matthieu 26:52,53  Alors Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prennent l'épée disparaîtront par l'épée.  (53)  Penses-tu que je ne puisse pas supplier mon Père, qui me fournirait à l'instant plus de douze légions d'anges ?

Jésus dit à Pierre de ranger l'épée et qu'il faisait confiance à son Père pour le protéger par ses anges.

 

Jésus en tant que Juge

Qu'en est-il des exemples de jugement dans la vie de Jésus? Que voyons-nous?

Matthieu 23:31-38  Vous témoignez ainsi contre vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes.  (32)  Mettez donc le comble à la mesure de vos pères !  (33)  Serpents, vipères ! Comment pourrez-vous fuir le jugement de la géhenne ?  (34)  C'est pourquoi, moi, je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous fouetterez les autres dans vos synagogues et vous les persécuterez de ville en ville,  (35)  afin que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang d'Abel le juste jusqu'au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l'autel.  (36)  Amen, je vous le dis, tout cela viendra sur cette génération.  (37)  Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes ! Mais vous ne l'avez pas voulu.  (38)  Eh bien, votre maison vous est laissée déserte.

  Les dirigeants de la nation juive ont refusé d'accepter Jésus comme le Messie. Ce rejet conduirait toute la nation à être rejeté en tant que Son peuple élu. Cela signifie que toute la nation d'Israël était menacée à cause de ces dirigeants apostats. Si Jésus usait de l’épée c’était maintenant le temps de le faire parce que la nation avait besoin d'être sauvée! Ne serait-il pas préférable que 3000 chefs des Juifs soient massacrés pour que la nation entière ne périsse pas? Comment Jésus a-t-il répondu?

Matthieu 23:34 C'est pourquoi, moi, je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous fouetterez les autres dans vos synagogues et vous les persécuterez de ville en ville,

  Jésus leur enverrait des prophètes et des hommes sages pour implorer auprès d’eux et finalement, Jésus les laisserait à eux-mêmes.

Matthieu 23:38 Eh bien, votre maison vous est laissée déserte.

En mettant le comble à leur endurcissement, les Juifs avaient forgé leurs propres chaînes. La destruction de leur nation et tous les maux qui suivirent leur dispersion ne furent que le fruit de leurs œuvres. Le prophète l’avait dit: “Ce qui cause ta ruine, Israël, c’est que tu as été contre moi”, “car tu es tombé par ton iniquité”.1 Maints auteurs citent les souffrances du peuple juif comme l’accomplissement d’un décret divin. Par cette erreur, le grand séducteur s’efforce de masquer son œuvre. C’est à cause de leur mépris obstiné de la miséricorde et de l’amour divins que les Juifs s’étaient aliéné la protection du ciel et que Satan avait pu les dominer. Les cruautés inouïes dont ils se rendirent coupables durant le siège de Jérusalem démontrent la façon dont Satan traite ceux qui se soumettent à lui. {TS 36.1}

Un autre exemple de Jugement dans la vie de Jésus est sa purification du temple.

Jean 2:13-16  La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem.  (14)  Il trouva dans le temple les vendeurs de bovins, de moutons et de colombes, ainsi que les changeurs, assis.  (15)  Il fit un fouet de cordes et les chassa tous hors du temple, avec les moutons et les bovins ; il dispersa la monnaie des changeurs, renversa les tables  (16)  et dit aux vendeurs de colombes : Enlevez tout cela d'ici ! Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce !

Cet exemple décrit comment Jésus exécute le jugement. Suivons le commentaire dans le livre « Jésus-Christ ».

1. La conviction de péché

Arrêté au seuil du temple, le Christ observe d’un regard pénétrant la scène qui se déroule devant lui. Son regard prophétique plonge dans l’avenir: les années, les siècles et les millénaires défilent devant lui. Il prévoit comment prêtres et gouverneurs se refuseront à faire droit aux nécessiteux, et empêcheront que l’Evangile ne soit prêché aux pauvres. Il voit comment on masquera l’amour de Dieu aux yeux des pécheurs, comment on trafiquera de sa grâce. Tandis qu’il contemple cette scène, son aspect exprime l’indignation, l’autorité, la puissance. {JC 141.1}

2. Les pensées intérieures et les motifs les plus profonds sont discernés et la culpabilité engendre le silence

Il attire l’attention de tous sur lui. Les yeux de ceux qui sont occupés à ce trafic profane s’attachent à lui. Ils ne peuvent se dérober à son regard. Conscients du fait que cet homme lit leurs pensées les plus secrètes et découvre leurs mobiles cachés, quelques-uns cherchent à dissimuler leur visage comme si leurs mauvaises actions pouvaient y être lues par les yeux scrutateurs.

Le tumulte cesse. Le bruit du trafic et du marchandage prend fin. Il y a un moment de silence angoissant. L’assemblée est dominée par un sentiment de crainte, comme si elle se voyait soudain traduite devant le tribunal de Dieu pour répondre de ses actions. La divinité du Christ perce l’enveloppe de son humanité. La Majesté du ciel se dresse, tel le Juge au dernier jour: non pas, il est vrai, revêtu de la gloire qui l’accompagnera en ce jour-là, mais doué déjà du pouvoir de lire dans les âmes. Son regard parcourt la multitude, s’arrêtant dominateur sur chaque individu. Une lumière divine éclaire son visage. {JC 141}

3. Des ordonnances contre le péché.

Il parle, et sa voix puissante — la même voix qui proclama au Sinaï la loi que les prêtres et les anciens transgressent maintenant — retentit sous les portiques: “Otez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.” {JC 141.2}

4. La condamnation du péché et la force destructrice utilisée sur les objets inanimés révèlent le mécontentement de Dieu.

Descendant les marches avec lenteur, et brandissant le fouet de cordes ramassé tout à l’heure, il ordonne aux marchands de quitter les abords du temple. Avec un zèle et une sévérité qu’on ne lui a pas connus auparavant, il renverse les tables des changeurs. Les pièces de monnaie roulent bruyamment sur les pavés de marbre. Nul ne songe à mettre en doute son autorité. Personne n’ose s’arrêter pour ramasser le gain mal acquis. Jésus ne frappe pas de son fouet, mais ce simple instrument paraît être entre ses mains une épée flamboyante. Les officiers du temple, les prêtres affairés, les courtiers et les marchands de bétail, avec leurs brebis et leurs bœufs, se précipitent au dehors, uniquement préoccupés d’échapper à la condamnation de sa présence. {JC 142.1} 

5. Les gens s'enfuient plutôt que de demander pardon.

La foule, sentant passer sur elle l’ombre de sa divinité, est prise de panique. Des centaines de lèvres soudain pâlies laissent échapper des cris d’épouvante. Un tremblement saisit les disciples, profondément impressionnés par les paroles et l’attitude de Jésus, si éloignées de ses habitudes. {JC 142.2}

  Jésus n’use d’aucune violence sur les gens. Par la Loi, ils sont convaincus du péché. Plutôt que de se tourner repentant vers Lui, ils s'enfuient à cause de la perception humaine de la justice sans merci. Jésus a voulu purifier leurs cœurs, mais ils ont refusé de se repentir et se sont enfuis, ainsi seul le temple physique a été purifié. Le péché les a trompés par la Loi. Pourtant, personne n'a été tué ou violemment attaqué par Jésus. La purification du temple montre comment le Père juge, car le Christ révèle son Père.

Un autre exemple est la malédiction du figuier.

Matthieu 21:19-20  Il vit un figuier sur le chemin et s'en approcha ; mais il n'y trouva que des feuilles ; il lui dit : Que plus jamais un fruit ne vienne de toi ! Et à l'instant même le figuier se dessécha.  (20)  En voyant cela, les disciples s'étonnèrent : Comment ce figuier a-t-il pu se dessécher à l'instant même ?

Le figuier était un exemple de jugement.

Les disciples avaient été étonnés en voyant le Christ maudire le figuier. Cela ne leur paraissait pas conforme à sa manière habituelle. Ils l’avaient souvent entendu dire qu’il n’était pas venu pour condamner le monde mais pour le sauver, et se souvenaient de ses paroles: “Le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver.” Luc 9 :56 Ses œuvres merveilleuses avaient servi à relever, et non pas à détruire. Les disciples ne l’avaient connu que comme régénérateur et guérisseur. Ils se demandaient quel était le but de cet acte isolé. {JC 577.2}

Dieu “prend plaisir à faire grâce”. “Aussi vrai que je suis vivant, dit le Seigneur, l’Eternel, je prends plaisir non pas à la mort du méchant, mais à sa conversion et à son salut.” L’œuvre de destruction et de condamnation est pour lui une “œuvre étrange”. Mais c’est avec miséricorde et avec amour qu’il soulève le voile qui cache l’avenir, et qu’il révèle aux hommes les conséquences d’une vie de péché.
{JC 577.3}

La malédiction du figuier était une parabole en action. Cet arbre stérile, dont le feuillage prétentieux paraissait jeter un défi au Christ, était un symbole de la nation juive. Le Sauveur voulait faire connaître aux disciples la cause du jugement d’Israël et l’impossibilité d’échapper à celui-ci. C’est pour cela qu’il prêta des qualités morales à cet arbre et s’en servit pour exposer une vérité divine. {JC 577.4}

  L'exemple du figuier est très important en tant que symbole du jugement. Jésus aurait pu demander à ses disciples de couper le figuier avec des haches et des épées. Il aurait pu briser toutes ses branches et les brûler par le feu. Il aurait pu ouvrir la terre et l'avaler. Mais il lui a simplement parlé et l'eau s’est retirée de l'arbre provoquant son assèchement. L'eau est un symbole de l'Esprit et l'eau a été retirée de l'arbre, nous montrant comment l'Esprit de Dieu est retiré du pécheur. Dans ces deux exemples de la purification du temple et de la malédiction du figuier, nous avons montré le jugement de Dieu par son Fils. Notez soigneusement ci-dessus que l'Esprit de Prophétie dit que cet acte de destruction était unique dans son œuvre. Par conséquent, cette parabole montre comment Dieu détruit; Il retire Son Esprit.

  Revenons à l'histoire du veau d'or et considérons maintenant quelques points supplémentaires. Une question critique à se poser est de savoir si les Lévites étaient remplis de l'Esprit de Dieu quand ils ont tué les 3000 hommes. Les Lévites étaient-ils dans la Nouvelle Alliance ou l'Ancienne Alliance? Qu'avaient dit tous les Israélites quelques semaines plus tôt?

Exode 24:7  Il prit le livre de l'alliance et le lut au peuple ; ils dirent : Tout ce que le SEIGNEUR a dit, nous le ferons et nous l'écouterons.

Quand Dieu a offert à Israël la Nouvelle Alliance en Egypte, quelle a été la réponse unanime?

Exode 6:8,9  Je vous ferai entrer dans le pays que j'ai juré, à main levée, de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob ; moi, le SEIGNEUR (YHWH), je vous le donnerai en possession. »  (9)  C'est ainsi que Moïse parla aux Israélites. Mais ils n'écoutèrent pas Moïse, à cause de leur impatience sous ce dur esclavage.

  Aucun des Israélites n'a cru aux promesses de Dieu. Il n'y a aucune information précisant que les Lévites n’étaient pas avec le reste du peuple d'Israël quand il murmurait et se plaignait. Rien n’indique qu'ils étaient justes. Ils étaient tous dans l'Ancienne Alliance qui est le ministère de la mort. Par conséquent, les Lévites agissaient dans ce contexte.

  Une autre question importante que nous devons nous poser est pourquoi Israël a-t-il reçu l'ordre d'utiliser des épées? Jésus a dit à Pierre de mettre son épée de côté. Pourquoi Jésus aurait-il commandé aux Lévites de prendre l'épée et de tuer leurs frères? Où voyons-nous l'épée mentionnée pour la première fois dans l'Écriture?

Genèse 27:40  Tu vivras de ton épée, et tu serviras ton frère ; mais en errant librement çà et là tu arracheras son joug de ton cou.

  Isaac a dit à Esaü qu'il vivrait par l'épée. Esaü n'a jamais accepté la nouvelle alliance. Il a vécu toute sa vie dans l'Ancienne Alliance. L'Ancienne Alliance est une vie qui vit par l'épée.

Alors pourquoi Jésus a-t-il ordonné aux Lévites de tuer les idolâtres? Encore une fois venons-en aux paroles du Christ:

Matthieu 7:2  Car c'est avec le jugement par lequel vous jugez qu'on vous jugera, et c'est avec la mesure à laquelle vous mesurez qu'on mesurera pour vous.

  L’œuvre de la Loi au sein du ministère de la mort est de mettre en relief l’abondance du péché. Cela signifie que quelle que soit la pensée de l'homme, la Loi amplifiera cette pensée et la mettra en lumière. Remarquez encore ce que l'Écriture nous dit à ce sujet:

Ezéchiel 20:25  C'est aussi moi qui leur ai donné des prescriptions qui n'étaient pas bonnes et des règles par lesquelles ils ne pouvaient pas vivre.

  Comment notre Père céleste qui est bon nous donne-t-il quelque chose qui n'est pas bon? La réponse est qu'Il nous permet d'être jugés selon notre propre jugement. Lorsque le peuple de Dieu s'éloigne de ses commandements, le système de justice impitoyable de Satan est autorisé à se manifester. Ce système de justice n'est pas bon mais Dieu permet qu'il sévisse afin que les péchés des hommes soient punis par leurs propres péchés.

Le Seigneur a dit des enfants d'Israël: "C’est parce qu'ils n'ont pas exécuté mes jugements, mais ont méprisé mes statuts, et ont pollué mes sabbats, et que leurs yeux étaient tournés vers les idoles de leurs pères, que je leur ai donné aussi des statuts qui n'étaient pas bons et des jugements par lesquels ils ne devraient pas vivre." En raison de la désobéissance continuelle, le Seigneur a annexé des sanctions à la transgression de sa loi, qui n'étaient pas bonnes pour le transgresseur, ou par lesquelles il ne pourrait pas vivre dans sa rébellion. {The Spirit of Prophecy Vol 1 265.2}

  Dans le livre Gods of Egypt as Lightning from Heaven, nous avons remarqué que l'ordre de lapider les gens était une pratique égyptienne (Ex 8:26) adoptée par les Israélites (Ex 17: 4) et ensuite incluse dans la Torah. (Lév. 20:27) Pourquoi? C'est parce qu'ils ont été jugés comme ils ont jugé. Lorsque les hommes refusent d'entrer dans la Nouvelle Alliance et d'être jugés miséricordieusement, ils restent dans l'Ancienne Alliance pour être jugés par leur propre jugement. Pourquoi alors est-ce présenté comme un commandement de Dieu? La Loi est apparue pour que le péché abonde. Lorsque l’homme dans son état charnel écoute la Parole de Dieu, alors il voit son propre visage dans la Loi.

Jacques 1:22,23  Mettez la Parole en pratique ; ne vous contentez pas de l'écouter, en vous abusant vous-mêmes.  (23)  En effet, si quelqu'un écoute la Parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel

  Un homme dans l'Ancienne Alliance se trompe lui-même comme le péché, par la Loi, nous trompe et nous tue. Pourquoi Dieu permet-il cela? Il laisse notre propre pensée nous juger tout en nous offrant sa grâce en nous invitant à rentrer dans la Nouvelle Alliance. Le ministère de la mort écrit sur des pierres nous condamne et nous mène à la mort. De là, si nous nous tournons vers Dieu en croyant qu'il nous aidera, nous entrons alors dans la Nouvelle Alliance. Si nous ne croyons pas qu'Il nous aidera, nous mourrons selon notre propre jugement.

 

L’ordre donné à Abraham de tuer son fils

Pour illustrer cette pensée regardons à l'ordre donné de sacrifier Isaac.

Genèse 22:1-2  Après cela, Dieu mit Abraham à l'épreuve ; il lui dit : Abraham ! Il répondit : Je suis là !  (2)  Dieu dit : Prends ton fils, je te prie, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t'en au pays de Moriya et là, offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je t'indiquerai.

Pourquoi Abraham était-il testé sur cet aspect?

Dieu avait appelé Abraham à être le père des croyants. Sa vie devait servir d’exemple aux générations futures. Mais sa foi n’avait pas été parfaite; elle avait faibli le jour où il n’avait pas osé avouer que Sara était sa femme, ainsi que lors de son mariage avec Agar. Aussi, pour lui donner plus de confiance en son Père céleste, Dieu va le soumettre à une nouvelle épreuve, la plus dure qu’aucun homme ait jamais été appelé à subir. {PP 127.2}

Il y a plus. Le sacrifice exigé d’Abraham n’avait pas uniquement en vue son propre bien, ni celui des générations futures, mais l’édification des êtres purs qui habitent le ciel et les autres mondes. Le territoire de la lutte entre Jésus-Christ et Satan, le champ sur lequel elle se livre pour le plan du salut est le manuel de l’univers. A l’occasion d’un manque de foi de la part d’Abraham à l’endroit des promesses de Dieu, Satan l’avait accusé devant les anges et devant le Père et déclaré indigne des bienfaits de l’alliance dont il avait violé les conditions. Aussi Dieu jugea-t-il bon d’éprouver la fidélité de son serviteur devant l’univers, tant pour développer plus clairement le plan du salut aux regards de ses habitants que pour leur démontrer qu’il n’accepte rien de moins qu’une obéissance parfaite. {PP 133.1}

  Abraham avait encore des doutes restants dans son cœur qui devaient être enlevés. Est-il possible qu'Abraham ait eu la peur que Dieu lui demande de renoncer à son fils? Abraham était-il familier avec les sacrifices humains?

Les Cananéens étaient alors dans le pays. La contrée désirable qui devait lui échoir était occupée par des gens plongés dans les souillures de l’idolâtrie. Ses bosquets servaient d’abris aux autels des faux dieux, et des sacrifices humains étaient offerts sur les hauteurs environnantes. Tout en se cramponnant à la promesse divine, mais non sans de douloureux pressentiments, Abram se mit en devoir d’y dresser ses tentes. {PP 106.1,2}

  Ce n’était peut-être que la peur qu’il n'arrive quelque chose à son fils. Dans les deux cas, la crainte que quelque chose n'arrive à Isaac était la peur que Dieu ne remplisse pas sa promesse envers lui. Était-ce similaire à l'expérience de Job?

Job 3:25  Ce qui me remplit de frayeur, c'est ce qui m'arrive ; ce qui fait mon effroi, c'est ce qui m'atteint.

  Le fait qu'Abraham était effrayé de parler à sa femme de l’ordre reçu suggère qu'il n'avait pas la certitude de ramener son fils sain et sauf. Durant les quelques jours de voyage vers le lieu du sacrifice, Abraham dut lutter avec ses doutes et s'est finalement abandonné à Dieu pour Lui faire entièrement confiance.

  Rappelez-vous que le travail de l'Ancienne Alliance est de nous montrer notre péché dans un miroir. Comme tout l’avenir d'Abraham dépendait de la vie d'Isaac, Abraham a dû faire face aux craintes de l'avenir de son fils. Dieu l'a mis à l'épreuve sur sa peur pour qu’Abraham voie s’il ferait confiance à Dieu. Si Abraham avait fait confiance à Dieu, il n'aurait jamais fait face à ce test. La Loi ne peut pas refléter ce qui n’existe pas.

Nous voyons un test similaire dans l'histoire de Salomon et des deux femmes:

1 Rois 3:25-26  Le roi dit : Coupez en deux l'enfant vivant, donnez la moitié à l'une et la moitié à l'autre.  (26)  Alors la femme dont le fils était vivant s'émut pour son fils et dit au roi : Pardon, mon seigneur ! Donnez-lui l'enfant vivant, ne le mettez pas à mort ! Tandis que l'autre disait : Il ne sera ni à moi ni à toi ; coupez-le !

  L'ordre d'utiliser l'épée révèle ce qui est dans le cœur. Comme Salomon a ordonné à l'enfant d'être tué par l'épée pour révéler ce qui était dans le cœur des deux mères, ainsi Dieu a ordonné à Abraham de tuer son fils afin de révéler ce qui était dans le cœur d’Abraham.

 

Punir le péché par le péché

  Sur un autre plan, ce jugement venait de Dieu selon le jugement d’Abraham. Ce dernier avait pris l'épée pour défendre son neveu Lot. Comme il avait vécu par l'épée, il était maintenant appelé à mourir par l'épée en offrant sa propre descendance. Cet ordre de Dieu n'est pas tombé du ciel sans contexte. Remarquez ce que dit Ellen White:

Satan s’empresse de lui suggérer qu’il est victime d’une illusion, puisque la loi divine lui dit: “Tu ne tueras point”, et que Dieu ne peut exiger ce qu’il a défendu. {PP 128.2}

Or, cette promesse doit être accomplie en Isaac; comment se résoudre à le mettre à mort? Abraham est tenté de croire qu’il est, en effet, victime d’une hallucination. Dans sa perplexité et son angoisse, il se courbe sur le sol et prie comme il n’a jamais prié. Il demande à Dieu, s’il doit accomplir cette horrible mission, de lui donner une confirmation quelconque de cet ordre. Songeant aux anges qui lui ont été envoyés pour lui révéler le sort de Sodome et lui ont annoncé la naissance de ce fils, il se rend sur les lieux où il a plusieurs fois rencontré les messagers célestes, espérant les y rencontrer et recevoir d’eux des instructions plus complètes. Mais aucun d’eux ne vient soulager son cœur. Dans les ténèbres dont son esprit semble enveloppé, seul l’ordre terrible retentit à ses oreilles: “Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac.” L’injonction est donc péremptoire; d’ailleurs, le jour approche; il faut partir; Abraham n’ose plus tarder. {PP 128.3}

  C'est ici un point essentiel à considérer. Quand Dieu a testé Abraham en lui demandant de tuer son fils, est-ce que Dieu lui a demandé de faire quelque chose d'arbitraire? Non, l’ordre est directement lié aux problèmes et peurs d’Abraham pour lesquels il ne fait pas confiance à Dieu. Afin de le faire pleinement passer dans la Nouvelle Alliance, il doit le rencontrer dans l'Ancienne afin d'affronter son péché. Cela résout le conflit apparent dans ces mots:

Satan s’empresse de lui suggérer qu’il est victime d’une illusion, puisque la loi divine lui dit: “Tu ne tueras point”, et que Dieu ne peut exiger ce qu’il a défendu. {PP 128.2}

  Comment Dieu peut-il demander quelque chose qu'il avait autrefois interdit? La Loi est notre instituteur pour nous amener à Christ. Gal 3:24. La Loi est parue pour que le péché abonde, Rom 5:20. Dieu nous livre à des jugements qui ne sont pas bons et qui correspondent à notre manière de penser dans l'Ancienne Alliance afin de nous amener vers de bons jugements correspondant à la Nouvelle Alliance.

  Une autre chose à considérer est que nos doutes et nos craintes nous amènent à mal interpréter les paroles de Dieu. Notez la déclaration suivante:

Humain et sujet aux mêmes faiblesses, aux mêmes penchants que nous, il ne s’est pas demandé comment la promesse divine pourrait se concilier avec la mort d’Isaac. Il ne s’est pas arrêté à parlementer avec son cœur saignant. Convaincu que Dieu est juste dans toutes ses exigences, il a obéi à la lettre. {PP 131.4}

  Si Abraham a obéi au commandement à la lettre c’est que Dieu doit avoir seulement demandé à Abraham d'offrir son fils, non pas de le tuer. Abraham n'a pas tué son fils, pourtant l'inspiration dit qu'il a accompli le commandement à la lettre. Cette distinction est importante parce que Dieu n'a pas tué Son Fils mais Il l'a offert. Ceci est également confirmé par Jérémie.

Jérémie 7:31  Dans la vallée de Hinnom, ils ont aménagé un lieu sacré, le Tofeth, pour y brûler en sacrifice leurs fils et leurs filles. Je n'avais pourtant rien commandé de pareil, l'idée ne m'en serait jamais venue. (Bible Français Courant)

Il n'est jamais venu à la pensée de Dieu d'offrir des enfants en sacrifice sur un autel.

  Un parallèle peut être vu dans l'histoire de la femme cananéenne. Jésus lui dit qu'il n'est pas juste de prendre la nourriture des enfants et de la donner aux chiens. Matt 15:26. Elle pensait qu'Il la traitait de chien alors que Jésus éprouvait ses préjugés raciaux comme ceux des disciples. Elle aurait pu répondre qu’elle était une fille de Dieu et Jésus aurait tout aussi bien répondu à sa requête, mais elle a cru et reçu la réponse à sa demande même si elle se voyait comme un chien. Dans le livre de Jean, on trouve de nombreux exemples de personnes qui font une mauvaise interprétation des paroles de Jésus. Nicodème, la femme près du puits et lorsqu’il nourrit la foule de 5000 personnes et en d’autres endroits, les hommes n’ont pas compris Jésus en faisant paraître ses paroles comme des choses impossibles. C'est une caractéristique humaine que la Loi relève quand elle fait son apparition.

  Une fois que nous comprenons ce principe d’amplification et de mise en évidence du péché par la Loi, nous pouvons mieux comprendre ce qui se passe dans l'histoire du veau d'or avec le meurtre des 3000 personnes. Regardons l'histoire d'Elie pour mieux illustrer comment les commandements de Dieu sont à la fois mal interprétés et accomplissent en même temps toujours Sa volonté.

 

Elie et l'utilisation de l'épée

Ce processus de l’usage de l'épée est également vu dans le ministère d'Elie

1 Rois 18:40  Elie leur dit : Saisissez les prophètes du Baal, qu'aucun d'eux n'échappe ! Ils les saisirent. Elie les fit descendre à l'oued Qishôn, où il les égorgea.

De nouveau, la voix d'Elie retentit par cet ordre effrayant donné au peuple: "Saisissez les prophètes du Baal, qu'aucun d'eux n'échappe!". Les hommes ne tergiversent pas pour obéir à sa parole. Ils saisissent les faux prophètes qui les ont trompés, et les mènent au torrent de Kison, et là, Elie massacre ces prêtres idolâtres. {Testimonies for the Church Vol 3 285.1}

Les jugements de Dieu ayant été exécutés sur les faux prêtres, le peuple ayant confessé ses péchés et reconnu le Dieu de leurs pères, la malédiction de Dieu doit maintenant être retirée. Il doit renouveler ses bénédictions pour son peuple et rafraîchir la terre avec la rosée et la pluie. {Testimonies for the Church Vol 3 286.1}

Il est dit que les jugements de Dieu ont été exécutés sur les faux prêtres. Que pouvons-nous apprendre de plus?

Dieu a opéré par Elie lorsqu'il a détruit les prophètes de Baal ce qui a provoqué une rage infernale dans le cœur de Jézabel afin de venger le sang des sacrificateurs de Baal. Le Dieu d'Israël avait eu un tel triomphe, que les puissances des ténèbres ébranlées se déchaînaient. Elle jura par ses dieux qu'Elie mourrait, sans tenir compte qu'il y avait un Dieu au-dessus d'elle, qui permettrait seulement à l'agent de Satan d'élaborer sa propre ruine. {The Ellen G. White 1888 Materials 488.1}

  Notez qu'il est dit que Dieu a opéré par Elie lorsqu'il a détruit les prophètes de Baal. Est-ce que les actions d'Élie reflètent le caractère Dieu et de son royaume? Pour répondre à cette question, nous pouvons découvrir quelque chose de très intéressant dans la vie de Jean-Baptiste qui est venu avec le pouvoir et l'esprit d'Elie:

Matthieu 11:2-3  Or Jean, dans sa prison, avait entendu parler des œuvres du Christ. Il envoya ses disciples  (3)  lui demander : Est-ce toi, celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ?

Pourquoi la foi de Jean, le plus grand des prophètes, est-elle passée par une crise?

Tout comme les disciples du Sauveur, Jean-Baptiste ne comprenait pas la nature du royaume du Christ. Il s’attendait à voir Jésus accéder au trône de David; mais comme le temps s’écoulait sans que le Sauveur revendiquât son autorité royale, Jean finit par être perplexe et troublé. Il avait enseigné que la prophétie d’Esaïe devait s’accomplir pour préparer la voie devant le Seigneur; les montagnes et les collines devaient être abaissées, les hauteurs changées en plaines, les crêtes escarpées en vallons. Il avait pensé que les hauteurs de l’orgueil humain et de la puissance seraient jetées à terre. Il avait montré le Messie comme celui qui tenait son van dans sa main, qui nettoierait son aire et rassemblerait le blé dans ses greniers, puis brûlerait la balle au feu inextinguible. Semblable à Elie, dont il avait apporté à Israël l’esprit et la puissance, il pensait que le Seigneur allait se manifester au milieu du feu. {JC 200.1}

  Ni Jean-Baptiste, ni les disciples de Christ ni Elie n’ont compris la nature du royaume du Christ. Est-ce une surprise pour nous? Remarquez ce qu'on nous dit des anges:

Les intelligences célestes s’étaient préparées à une manifestation effrayante du pouvoir tout-puissant. Chaque mouvement était anxieusement observé dans les moindres détails. Les anges s’attendaient à ce que Dieu exerce la justice et punisse les habitants de la terre. Mais Dieu a dit: J'enverrai Mon Fils. Peut-être qu'ils l’écouteront. «Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle.» Quelle grâce incroyable! Christ n'est pas venu pour condamner le monde, mais pour sauver le monde. « Et cet amour, ce n'est pas que, nous, nous ayons aimé Dieu, mais que lui nous a aimés et qu'il a envoyé son Fils comme l'expiation pour nos péchés. » {Manuscript 166-1898.27}

  Ainsi, même les anges avant la première venue du Christ ne comprenaient pas pleinement le caractère de Dieu. Si c’est vrai pour les anges, à combien plus forte raison pour les hommes? Revenons-en à Elie, et posons-nous la question suivante: Quand est-ce qu’Élie a-t-il commencé à comprendre la nature du royaume de Dieu?

Jean comprit la même vérité qui avait été révélée à Elie au désert, quand “il s’éleva un vent fort et violent qui fendait les montagnes et brisait les rochers devant l’Eternel; mais l’Eternel n’était pas dans ce vent. Après le vent, il y eut un tremblement de terre; mais l’Eternel n’était pas dans ce tremblement de terre. Après le tremblement de terre, un feu; mais l’Eternel n’était pas dans ce feu”. Après le feu, Dieu parla au prophète dans “le frémissement d’un subtil murmure”. C’est ainsi que Jésus allait accomplir son œuvre; non dans le fracas des armes ou le renversement des trônes et des royaumes, mais en s’adressant aux cœurs humains par une vie de miséricorde et de sacrifice. {JC 202.3}

  Ce n'est donc qu'après ce qui s’est passé sur le Mont Carmel qu'Elie a commencé à comprendre que Dieu n'était pas dans le feu. Mais même après cet événement, Élie est-il retombé dans son ancienne compréhension?

2 Rois 1:10  Elie répondit au chef de cinquante : Si je suis un homme de Dieu, qu'un feu descende du ciel et te dévore, toi et tes cinquante hommes ! Alors un feu descendit du ciel et le dévora, lui et ses cinquante hommes.

  Cet événement ne s'est produit qu’après la fuite d’Elie au Mont Sinaï où Dieu lui a montré qu’il n'est pas dans le feu. Jésus lui-même confirme qu'Élie ne représentait pas le royaume de Dieu quand il a appelé ce feu sur ces hommes.

Luc 9:54-56  Et Jacques et Jean, ses disciples, voyant cela, lui dirent: Seigneur, veux-tu que nous disions que le feu du ciel descende sur eux et qu'il les consume, comme Elie le fit?  (55)  Mais Jésus, se tournant vers eux, les censura et leur dit: Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés;  (56)  Car le Fils de l'homme n'est point venu pour faire périr les hommes; mais il est venu pour les sauver. Et ils s'en allèrent à un autre bourg. (Bible Ostervald)

  Dieu a opéré par Elie la destruction des prophètes de Baal, mais Il a puni le péché des prophètes de Baal par le péché d'Elie qui utilisa l'épée.

Quand les parents ou les gouvernements oublient de punir l’iniquité, il arrive que Dieu prenne les choses en main. Le frein qu’il oppose à la puissance du mal se relâche quelque peu, et la suite amène la punition du péché par le péché même. {PP 706.2}

  Achab n'aurait pas dû permettre aux prophètes de Baal de prospérer. Dieu a alors permis le déroulement d’une série de circonstances qui puniraient le péché par le péché. Maintenant, souvenez-vous que parce que Jean-Baptiste a mal compris le royaume de Dieu, sa foi a traversé une crise. Il en est de même pour Elie. Après l'expérience du Mont Carmel, il s'attendait à ce qu’en découle immédiatement une réforme mais elle n’eut pas lieu car les œuvres d'Elie n'étaient pas représentatives du royaume des cieux.

Qu'a vu Elie? A-t-il vu par la foi les promesses de Dieu? S’est-il souvenu de Sa fidélité dans les situations désespérées du passé? Non, l'ombre de Satan au travers de Jézabel barrait sa route, le menaçant d'une mort cruelle. Il n'a pas percé l’obscurité pour regarder vers le ciel. L’effroyable terreur humaine paralysa son esprit. Sa déception d’Israël fut tellement grande qu'il se leva et partit pour sauver sa vie, ployant sous le poids de la peine et du chagrin. Ses pas incertains le menaient sans savoir où il allait. {The Ellen G. White 1888 Materials 488.3}

Peu de temps auparavant, avec la force et la puissance de Dieu, il était rempli de zèle, d’ardeur et de compassion pour le peuple d’Israël apostat, courant à côté ou devançant le char d'Achab. Il allait défendre le Dieu de gloire. Il allait défier cet Israël apostat afin qu’il serve de tout son cœur, sans partage, soit Dieu soit Baal. Mais maintenant, l'homme semble aussi faible que n’importe quel autre. Il n’avait reçu aucune information de la part du Seigneur le dirigeant dans la voie qu’il avait choisi de prendre, et il errait alors sans but. Préoccupé par les doutes et ne sachant pas où ses pas le menaient, il s’enfonçait sur cette voie, mais Dieu ne l’oubliait pas. Il était à l’œuvre pour son serviteur et lui demanda : "Que fais-tu ici Elie?" {The Ellen G. White 1888 Materials 489.1}

Cette histoire soigneusement étudiée dans la prière soutiendra le peuple de Dieu en difficulté. Qu’aucun homme n’assume des responsabilités qui ne lui ont pas été confiées par Dieu, et ne s'interpose ainsi entre le Seigneur et ceux qui sont éprouvés ou tentés, pour empêcher que ne se réalise les desseins de Dieu pour ces personnes. {The Ellen G. White 1888 Materials 489.2}

  Le doute et la confusion d'Elie étaient dus à son incompréhension du royaume de Dieu comme Ellen White le stipule:

Jean comprit la même vérité qui avait été révélée à Elie au désert, quand “il s’éleva un vent fort et violent qui fendait les montagnes et brisait les rochers devant l’Eternel; {JC 202.3}

  Ce n'est qu'après le Mont Carmel qu'il commença à comprendre la nature du royaume de Dieu. Elie a assumé des responsabilités qui ne lui ont pas été confiées et qui l’ont entraîné dans des déceptions et des échecs. Pourtant, nous avons vu que "Dieu a opéré par Elie lorsqu'il a détruit les prophètes de Baal." Alors, comment Dieu a-t-il œuvré à travers Elie dans cette situation? Regardez la déclaration suivante:

Les prophètes de Baal assistent avec consternation à la merveilleuse démonstration de la puissance de l’Eternel. Et cependant, dans leur défaite, et en présence de la gloire divine, ils refusent de se repentir de leur mauvaise conduite. Ils veulent continuer à servir Baal. Ils se montrent ainsi prêts pour le châtiment. Dieu ordonne alors à Elie de détruire ces faux docteurs, afin de préserver Israël repentant des séductions de ces adorateurs de Baal. {PR 112.1}

  Dans le commandement de Dieu, nous trouvons le ministère de la mort. Dieu prononce la sentence de mort sur les prophètes de Baal. Comme nous l'avons vu, l'intention de cette sentence est d'encourager les personnes condamnées à rechercher la miséricorde. Le refus de rechercher la grâce ne vient que d'une mauvaise conception de Dieu par les condamnés qui portent ainsi ce jugement sur eux-mêmes quand le Seigneur se retire d'eux. Nous pouvons voir dans l'histoire de Moïse ce qui s'est passé quand Dieu a prononcé une sentence contre Israël:

Exode 32:10  Maintenant, laisse-moi faire : je vais me mettre en colère contre eux, je les exterminerai, et je ferai de toi une grande nation.

Cet ordre donné à Moïse est un test pour lui. Comment Moïse y répond-il?

Exode 32:11  Moïse chercha à apaiser le SEIGNEUR, son Dieu ; il dit : SEIGNEUR, pourquoi te mettre en colère contre ton peuple, alors que tu l'as fait sortir d'Egypte par une grande puissance, par une main forte ?

  Moïse plaide pour le peuple quand Dieu lui indique qu'il va les détruire. Pourquoi Moïse n'a-t-il pas simplement accepté le commandement? Pourquoi ose-t-il faire appel au jugement de Dieu? Il est intéressant de noter que quand Dieu dit qu'il va détruire Israël, Moïse plaide en faveur du peuple et cherche la miséricorde, alors qu’un peu plus tard lorsqu’il reçoit l’ordre de destruction, il l’applique.

Exode 32:27  Il leur dit : Ainsi parle le SEIGNEUR, le Dieu d'Israël : Que chacun de vous mette son épée au côté ; passez et repassez dans le camp, d'une porte à l'autre, et tuez, qui son frère, qui son ami, qui son parent !

  Quand le Seigneur a donné l'ordre de tuer les prophètes de Baal, invitait-il Elie à intercéder en faveur de ces hommes? Cherchait-il à faire sortir d’Élie ses sentiments intérieurs envers ces hommes?

1 Rois 19:10  Il répondit : J'ai montré une passion jalouse pour le SEIGNEUR, le Dieu des Armées ; car les Israélites ont abandonné ton alliance, ils ont rasé tes autels, ils ont tué tes prophètes par l'épée ; moi, je suis resté, seul, et ils cherchent à me prendre la vie !

  Est-il possible qu'Élie se sentait profondément affecté par le fait que ses amis avaient été tués par ces prophètes de Baal ? Avait-il été découragé et eu peur parce qu'ils avaient essayé de s’en prendre à sa vie? Est-ce que le feu qui descendit du ciel lui donna le sentiment que cela justifiait de tuer ces hommes par l'épée? Lorsque la sentence de mort fut prononcée par Dieu, Elie a-t-il pris des responsabilités qui ne lui ont pas été confiées, a-t-il révélé ses forts assentiments envers ces prophètes cachés au plus profond de lui ? Le commandement de tuer les prophètes de Baal a-t-il amplifié le péché déjà présent intérieurement en Elie ; sa possible volonté de vengeance pour le meurtre des prophètes de Dieu et la destruction de la nation par l'idolâtrie?

Jacques 5:17  Elie était un être humain, de la même nature que nous : il pria avec instance pour qu'il ne pleuve pas, et il ne tomba pas de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois.

  Si Elie était de même nature que nous, a-t-il pu être tenté de se venger des meurtres commis sur les hommes de Dieu dont certains étaient probablement ses bons amis? Serais-tu tenté de te venger si un de tes amis proches était tué, surtout si tu ne comprenais pas la nature du royaume de Dieu ?

  Élie a été chargé de tuer les prophètes de Baal parce que c'était l’œuvre du ministère de la mort, l'accomplissement de l'Ancienne Alliance. Élie n'a pas reçu l'ordre de tuer les prophètes de Baal par l'épée, mais Dieu a œuvré par ces actions pour punir Israël et pour confronter Elie à ses propres sentiments intérieurs qui n'étaient pas en harmonie avec la loi de Dieu.

  Deuxièmement, la Torah ne demande pas d'utiliser l'épée pour exécuter la justice sur les coupables. La sentence de mort pour ceux qui adoraient un faux dieu était la lapidation à mort.

Deutéronome 13:7-11  Ce prophète ou ce faiseur de rêves sera mis à mort, car il a appelé à la subversion contre le SEIGNEUR, votre Dieu, qui vous fait sortir d'Egypte et qui te libère de la maison des esclaves ; il a voulu t'entraîner hors de la voie que le SEIGNEUR, ton Dieu, t'a ordonné de suivre. Tu élimineras ainsi de ton sein ce qui est mauvais.  (7)  Si ton frère, fils de ta mère, ton fils, ta fille, la femme qui dort sur ton sein, ou ton ami que tu aimes comme toi-même, essaie de t'entraîner secrètement en disant : « Allons servir d'autres dieux ! » — des dieux que ni toi ni tes pères n'avez connus,  (8)  d'entre les dieux des peuples qui vous entourent, de ceux qui sont proches de toi comme de ceux qui sont loin de toi, d'une extrémité de la terre à l'autre —  (9)  tu n'y consentiras pas, tu ne l'écouteras pas ; ton œil sera sans pitié : tu ne l'épargneras pas, tu ne le couvriras pas.  (10)  Tu le tueras ; tu lèveras le premier la main sur lui pour le mettre à mort, et tout le peuple ensuite ;  (11)  tu le lapideras, et il mourra, parce qu'il a cherché à t'entraîner loin du SEIGNEUR, ton Dieu, qui te fait sortir de l'Egypte, de la maison des esclaves.

  Ce qu'Elie a fait était contraire à la Torah en ce qui concerne la façon de traiter l'idolâtrie. Élie a plutôt fait appel à la tradition ; la tradition d'Israël d'utiliser l'épée. Dans l’histoire de la femme surprise en adultère, nous voyons comment le Législateur voulait que cette sentence de mort soit appliquée : c'était de gracier la personne repentante.

  La sentence de l'Ancienne Alliance a puni le péché des prophètes de Baal par le péché de l'utilisation de l'épée par le peuple d’Israël et en même temps a amené Elie à réaliser ses propres sentiments cachés intérieurement. Comment peut-on expliquer autrement la peur soudaine d'Elie face à Jézabel? Cet échec de sa part révèle-t-il que Satan avait pu l’atteindre d'une manière ou d'une autre? Comment peut-on réconcilier l'utilisation par Elie de l'épée avec les paroles de Jésus?

Matthieu 26:52  Alors Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prennent l'épée disparaîtront par l'épée.

  Jésus révèle par son caractère qu'il n'utiliserait pas l'épée physique et quand Pierre en a usé, il a guéri l'homme qui a été frappé et a réprimandé Pierre. Pour Jésus, la bonne place où Pierre devait mettre son épée était hors de sa portée. Il voulait que Pierre soit comme Lui qui n'a jamais utilisé une épée physique de toute sa vie.

 

La dureté de Moïse

  Moïse a-t-il vécu une expérience similaire à celle d'Élie? Nous nous souvenons que Moïse n'a pas compris la nature du royaume de Dieu quand il a tué l'Egyptien.

Moïse a agi de manière trop hâtive lorsqu'il a tué l'Egyptien. Il supposait que le peuple d'Israël comprenait que la providence divine l'avait élevé afin de les délivrer. Le Seigneur ne prévoyait pas d'accomplir son plan par la guerre, comme le pensait Moïse, mais par sa propre puissance, afin que tous reconnaissent qu'à lui seul est la gloire. Malgré tout, Dieu s'est servi de cet acte impudent pour réaliser son but. {The Signs of the Times 19 février 1880}

  La délivrance du peuple d’Israël ne devait pas s’accomplir par la guerre. De l'Egypte jusqu’à Canaan, à aucun moment cela n’aurait dû se passer ainsi. L’Esprit de Prophétie nomme le meurtre de l’Egyptien un acte imprudent, irréfléchi, précipité. Moïse a-t-il agi précipitamment lorsqu'il a demandé à Josué de prendre les épées pour combattre les Amalécites?

Exode 17:8-9  A Rephidim, Amalec vint faire la guerre à Israël.  (9)  Alors Moïse dit à Josué : Choisis-nous des hommes, sors et combats Amalec ; demain je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main.

Exode 17: 9 devrait peut-être nous dire que Moïse alla consulter le Seigneur pour savoir quoi faire, mais le verset ne le dit pas. Est-ce son trait de caractère d’agir de manière trop hâtive qui se manifeste ici encore ? Il est vrai que Moïse était dans une situation terrible. Les hommes d'Israël ne faisaient confiance ni à lui ni à Dieu, ils se plaignaient de tout et voulaient même lapider Moïse. Cependant, ayant utilisé une fois l'épée pour défendre Israël contre Amalek, l'épée allait tomber maintenant sur Israël et beaucoup d'entre eux allaient périr par l'épée.

Lorsque nous en arrivons à l'histoire du veau d'or, voyons-nous encore une fois cet esprit hâtif à l’œuvre ?

Quand Moïse vit l'idolâtrie d'Israël, son indignation de l'oubli honteux de Dieu fut telle qu'il renversa les tables de pierre et les rompit. Aaron se tint sans broncher face à la réprimande de Moïse avec une patience louable. Les hommes étaient charmés par le bel esprit d'Aaron et étaient dégoûtés de la témérité de Moïse. Mais Dieu ne voit pas comme l'homme voit. Il n'a pas condamné l'ardeur et l'indignation de Moïse contre l'apostasie d'Israël. {Testimonies for the Church, vol. 3 300}

  Dieu connaissait le cœur de Moïse même s'il agissait précipitamment. Dieu a œuvré à travers Moïse pour faire prendre conscience à Israël de l’horreur de son péché. Quand Moïse prit l'épée pour gérer le cas d'Amalek, il se tenait dans les péchés de ses pères et faisait ce que tout homme naturel ferait, c'est-à-dire défendre sa famille. Cette caractéristique n’appartenait pas uniquement à Moïse. Elle devait aussi être présente chez les Lévites qui ont tué les rebelles. Tout comme le Lévite Phinées qui transperça d’une lance les pécheurs qui faisaient tomber une plaie sur le peuple, ces Lévites révélèrent leur horreur de l'idolâtrie et les mauvaises actions de leurs frères. Dieu a œuvré à travers eux pour punir les péchés d'Israël.

  Les iniquités des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et quatrième génération étaient maintenant visitées. C’est ce que Dieu avait énoncé dans la Loi. Les Lévites interprétèrent sa mise en application de cette manière. Le Seigneur teste la fidélité des Lévites en raison de leur infidélité passée en n'acceptant pas la Nouvelle Alliance. La bénédiction reçue par Abraham en obéissant à l'ordre d’offrir son fils fut sa guérison de son manque de confiance en Dieu et cela a béni le monde entier en montrant un exemple de la Croix.

  Lorsqu’Israël a péché en faisant le Veau d'Or, la Loi est entrée et a fait abonder le péché. Leur péché passé de l’utilisation de l'épée en tant que nation était maintenant visité sur eux à travers l'Ancienne Alliance. La bénédiction qui est venue sur Israël était de réaliser l’horreur du péché tout en apprenant à obéir à Dieu et lui faire confiance même quand c'est difficile. Encore une fois, nous insistons sur le fait qu'aucun de ces Israélites n'était dans la Nouvelle Alliance. Aucun d’eux n’était rempli de l'Esprit de Jésus lorsqu'ils ont massacré ces gens parce qu'il n'y a pas de violence dans l'Esprit du Christ.

  Le Seigneur offrait le pardon au travers de Moïse quand il leur demandait qui était du côté du Seigneur. Comme ces hommes ont refusé de se repentir, ils ont dû faire face à leur propre compréhension du jugement. Le péché de l’usage de l'épée a été amplifié par la Loi et Dieu a puni le péché par le péché.

Exode 20:5  Tu ne te prosterneras pas devant ces choses-là et tu ne les serviras pas ; car moi, le SEIGNEUR (YHWH), ton Dieu, je suis un Dieu à la passion jalouse, qui fais rendre des comptes aux fils pour la faute des pères, jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me détestent,

  Israël s'est prosterné devant une idole et Dieu a visité son iniquité par leur iniquité de l'usage de l'épée. Ils devaient vivre comme Esaü pour survivre.

  Dans ce récit où 3000 hommes périrent, nous avons un parallèle avec l'expérience du Christ sur la croix. Jésus voulait sauver ces hommes mais ils refusaient de se repentir. Ils ont refusé de tendre leur main et de croire que Dieu pourrait leur pardonner. Comme le Christ, ils sont morts sous la condamnation du péché. Contrairement au Christ, ils ne se sont pas remis entre les mains du Père parce qu'ils ne Lui faisaient pas confiance.

 

Offert en rançon

  Ainsi nous voyons la croix dans la mort de ces hommes parce que la grâce leur était librement offerte mais ils n’ont pas voulu s’en saisir. Leur mort a fait trembler Israël devant le danger et l’horreur du péché, ce qui a humilié le peuple et l'a invité à entrer dans la Nouvelle Alliance. Comme l'Égypte a été donnée en rançon pour Israël (Esaïe 43: 3), les 3000 ont été livrés pour appeler Israël à se tourner vers Dieu et chercher le pardon. De la même manière que le péché a crucifié le Christ, c'est le péché qui a détruit les 3000 hommes au Sinaï. Tout comme Christ a ressenti la condamnation du péché par la Loi, il en est de même pour ceux qui ont refusé de venir à Moïse et être sauvés. Malheureusement, parce qu'ils n'acceptaient pas la croix de Christ, ils allaient mourir seuls.

  Si nous croyons que Dieu a infligé la mort à Son Fils à cause du péché, alors nous croirons que c’est Dieu qui a infligé la mort aux 3000 au Sinaï. Mais si nous croyons que c’est le péché qui a tué Christ alors qu'Il est devenu péché pour nous et que le péché a amené à avoir une vision de la Loi nous condamnant et nous laissant sans espoir, alors nous pouvons voir que le péché a tué ces 3000 hommes au Sinaï pour la même raison. Je vous exhorte à ne pas voir ces hommes frappés par Dieu et affligés par lui, mais plutôt recevant la condamnation de la Loi selon leurs propres perceptions de Dieu et de la Loi.

 Ce fait est clairement expliqué par Jésus.

Matthieu 25:24-30  Celui qui n'avait reçu qu'un talent vint ensuite et dit : Maître, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes où tu n'as pas semé, et tu récoltes où tu n'as pas répandu ;  (25)  j'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre : le voici ; prends ce qui est à toi.  (26)  Son maître lui répondit : Esclave mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé et que je récolte où je n'ai pas répandu ?  (27)  Alors tu aurais dû placer mon argent chez les banquiers, et à mon arrivée j'aurais récupéré ce qui est à moi avec un intérêt.  (28)  Enlevez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents.  (29)  — Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on enlèvera même ce qu'il a. —  (30)  Et l'esclave inutile, chassez-le dans les ténèbres du dehors ; c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents.

  Les ténèbres du dehors c’est là où se trouvait Jésus sur la croix. C'est la condamnation du péché sans espoir de pardon. L'homme avec un talent aurait pu être pardonné mais cela lui fut impossible parce qu’il croyait que le Seigneur était un homme dur.

  À travers les histoires combinées d'Abraham, Moïse, Elie et Jean-Baptiste, en les regardant dans le cadre du caractère de Dieu révélé en Christ, nous pouvons commencer à comprendre l’histoire du Veau d’Or et l’ordre donné d'exécuter ceux qui se sont rebellés et ont refusé de se repentir.

  Le ministère de la mort est glorieux. Il a le pouvoir d'amener les gens de l'Ancienne Alliance vers la Nouvelle Alliance, tout en apportant la mort et la destruction selon leur propre jugement à ceux qui refusent d'accepter cette Nouvelle Alliance. En cela, la sagesse de notre Père m’impressionne. Je désire être pleinement amené dans la Nouvelle Alliance. Je suis reconnaissant pour l'Ancienne Alliance qui me convainc de mon péché et me condamne à mort. Mais puisque je vois l'amour du Père comme éternellement miséricordieux et que je crois que Jésus a vaincu cette condamnation, alors je me réjouis d'entrer dans cette Nouvelle Alliance en Christ, je sais que je suis pleinement pardonné et que la justice de Christ m’est offerte en héritage.

  Chaque jour, quand mon péché m’est révélé, je remercie mon Père pour l'Ancienne Alliance qui a le pouvoir de me montrer mon immense nécessité et me fait voir que je vais mourir. Je me réjouis alors d'être dirigé vers Christ de qui je reçois la justice. Les deux alliances œuvrent pour mon salut. L'une tue mon vieil homme et l'autre me fait naître d’une nouvelle vie en la résurrection de Christ mon Seigneur.

 

Liste des abréviations :

{…}          De l’auteur Ellen Gould White (EGW)

Éd            Education

JC             Jésus-Christ

LMC       Le Meilleur Chemin

PP            Patriarches et Prophètes

PR            Prophètes et Rois

RH           Review & Herald (périodique)

TE1          Témoignages pour l’Eglise volume 1

TS             La Tragédie des Siècles


  Pourquoi Jésus a-t-il dit à Pierre de ranger son épée mais a dit aux Lévites de traverser le camp et de tuer par l’épee ceux qui refusaient de se repentir?

Exo 32:26-28  Moïse se tint debout à la porte du camp et dit : Ceux qui sont pour le SEIGNEUR, à moi ! Tous les fils de Lévi se rassemblèrent autour de lui.  (27)  Il leur dit : Ainsi parle le SEIGNEUR, le Dieu d'Israël : Que chacun de vous mette son épée au côté ; passez et repassez dans le camp, d'une porte à l'autre, et tuez, qui son frère, qui son ami, qui son parent !  (28)  Les fils de Lévi firent ce que Moïse avait dit : ce jour-là, il tomba environ trois mille hommes parmi le peuple.

Et que faites-vous de ces commentaires?

Ceux qui s'engageaient dans ce massacre, si douloureux soit-il, devaient maintenant réaliser qu'ils exécutaient sur leurs frères une punition solennelle de la part de Dieu; et pour avoir exécuté ce travail douloureux, contraire à leurs propres sentiments, Dieu allait leur accorder sa bénédiction {1SP 252}

Comment harmoniser ces choses?

Le mystère de la croix explique tous les autres. A la lumière du Calvaire, les attributs de Dieu qui nous avaient remplis de crainte nous apparaîtront dans leur beauté. En Dieu, la miséricorde, la tendresse et l’amour paternel s’unissent à la sainteté, à la justice et à la puissance. Tout en contemplant la majesté de son trône, on voit mieux que jamais l’amour qui constitue son caractère, et l’on comprend la valeur de ce titre affectueux: “Notre Père.” {TS 707.1}

  En examinant la croix, nous voyons que le ministère de la mort est vraiment glorieux et conduit ceux qui croient aux promesses de Dieu dans Sa Justice.